Documents Home » Other » Plan Senegal Emergent

Search Documents

Social Share

Archives

Plan Senegal Emergent

December 17, 2016
Uploaded by alhousseynou Ba - Category: Other - Tags: #senegal  #Afrique  #plan senegal emergent  1 431 19
 

PLAN SENEGAL EMERGENT

2014

TABLE DES MATIÈRES

Liste des tableaux ................................................................................................................. iv Liste des graphiques ............................................................................................................. iv Liste des abréviations, acronymes et sigles.............................................................................v Résumé................................................................................................................................ vii Executive Summary............................................................................................................... xi Introduction générale ............................................................................................................1 Chapitre I : Diagnostic économique et social.....................................................................4

1.1. Situation sociale .............................................................................................................. 4

1.1.1. 1.1.2. 1.1.3. 1.1.4. 1.1.5.

Tendancesdémographiques.................................................................................................................4 Emploi......................................................................................................................................................6 Pauvreté et inégalités ............................................................................................................................ 8 Accès aux services sociaux de base ................................................................................................... 10 Aménagement du territoire .............................................................................................................. 21

1.2. Situation économique et financière .................................................................................. 21

  1. 1.2.1.  Environnementsous-régional.............................................................................................................21

  2. 1.2.2.  Trajectoire de la croissance ................................................................................................................. 22

  3. 1.2.3.  Secteurs productifs .............................................................................................................................. 25

  4. 1.2.4.  Finances publiques et dette ................................................................................................................ 38

  5. 1.2.5.  Échanges extérieurs ............................................................................................................................. 40

  6. 1.2.6.  Financement de l’économie ................................................................................................................ 42

  7. 1.2.7.  Productivité et compétitivité.............................................................................................................. 44

1.3. Gouvernance, Institutions, Paix et Sécurité.................................................................... 46 Chapitre II : Vision et Orientations stratégiques............................................................. 48

  1. 2.1.  Vision.................................................................................................................................48

  2. 2.2.  Défis, atouts et opportunités ............................................................................................. 52

  3. 2.3.  Orientations stratégiques .................................................................................................. 55

Chapitre III : Stratégie d’émergence..................................................................................61

3.1. Axe 1: Transformation structurelle de l’économie et croissance ..................................... 63 3.1.1 Agriculture, élevage, pêche et aquaculture, agroalimentaire ........................................................... 65 3.1.1.1. Agriculture et agro-alimentaire.................................................................................................... 66 3.1.1.2. Élevage et productions animales ................................................................................................. 67 3.1.1.3. Pêche et aquaculture ...................................................................................................................... 68 3.1.2. Économie sociale et solidaire ............................................................................................................... 68 3.1.3. Habitat social et écosystème de construction ................................................................................... 69 3.1.4. Hub logistique et industriel ................................................................................................................. 70 3.1.4.1. Plateformes industrielles intégrées ............................................................................................ 70 3.1.4.2. Pari industriel intégré .................................................................................................................... 70 3.1.4.3. Hub logistique intégré ................................................................................................................... 71 3.1.5. Hub multi services et touristique ........................................................................................................ 71

i

3.1.5.1. Zones dédiées aux services export............................................................................................... 71 3.1.5.2. Business Park pour sièges régionaux .......................................................................................... 71 3.1.5.3. Dakar Campus Régional de Référence ........................................................................................ 71 3.1.5.4. Dakar Medical City ........................................................................................................................ 72 3.1.5.5. Zones touristiques intégrées ......................................................................................................... 72 3.1.5.6. Hub aérien régional ....................................................................................................................... 73

3.1.6. Mines et fertilisants ............................................................................................................................... 73

  1. 3.1.7.  Culture .................................................................................................................................................. 75

  2. 3.1.8.  Sport ...................................................................................................................................................... 75

3.2. Axe 2: Capital humain, Protection sociale et Développement durable ............................. 76 3.2.1. Population et développement humain durable ................................................................................ 76 3.2.2. Education et formation ......................................................................................................................... 77 3.2.3. Santé et nutrition ................................................................................................................................... 79 3.2.4. Protection sociale ................................................................................................................................... 80 3.2.5. Eau potable et assainissement ............................................................................................................. 82 3.2.6. Habitat et cadre de vie .......................................................................................................................... 83 3.2.7. Prévention et gestion des risques et catastrophes ............................................................................ 85 3.2.8. Environnement et Développement durable ..................................................................................... 85

3.3 Axe 3: Gouvernance, Institutions, Paix et Sécurité ............................................................ 86 3.3.1. Consolidation de la paix et la sécurité ................................................................................................ 86 3.3.2. Promotion de l’État de droit, des droits humains et de la justice ................................................... 87 3.3.3. Promotion de l’équité et de l’égalité de genre ................................................................................... 87 3.3.4. Réforme de l’État et renforcement de l’Administration publique .................................................. 88 3.3.5. Aménagement du territoire, développement local et territorialisation ......................................... 88 3.3.6. Gouvernance stratégique, économique et financière........................................................................ 90

Chapitre IV : Fondements de l’émergence ......................................................................... 92

4.1. Résolution de la question vitale de l’énergie...................................................................... 92

4.2. Développement du capital humain..................................................................................... 94

4.3. Renforcement de la base logistique et des infrastructures ................................................. 96

4.4. Accélération de la diffusion des TIC................................................................................... 96

4.5. Approfondissement du secteur financier ............................................................................ 97

4.6. Amélioration de l’environnement des affaires ................................................................... 98

4.7. Renforcement de la coopération internationale, de l’intégration régionale et de la participation de la diaspora ................................................................................................... 102

4.8. Renforcement des capacités d’impulsion de l’État........................................................... 103 Chapitre V : Plan d’actions prioritaires et cadrage macroéconomique ............................... 105 5.1. Plan d’actions prioritaires (PAP) 2014-2018 ................................................................... 105 5.2. Financement de la stratégie ............................................................................................. 113 5.3. Cadrage macroéconomique 2014-2018.............................................................................. 114

Chapitre VI : Mise en œuvre et suivi-évaluation de la stratégie ................................... 117 6.1. Cadre de pilotage, de mise en œuvre et de suivi-évaluation ........................................... 117

ii

6.1.1. Pilotage et gouvernance...................................................................................................................... 117 6.1.1.1. Comité d’Orientation Stratégique (COS) .................................................................................. 118 6.1.1.2. Comité de Pilotage (COP) ........................................................................................................... 118 6.1.1.3. Bureau opérationnel de suivi du Plan Sénégal Emergent (BOSSE) ...................................... 118 6.1.1 4. Structures d’exécution des projets, programmes et réformes ................................................ 119

6.1.2. Mécanismes de partage des résultats avec les acteurs ................................................................... 119 6.1.3. Fonds d’appui au PSE ......................................................................................................................... 119

6.2. Exécution jusqu’à l’impact ............................................................................................... 119 6.3.1. Gagner la bataille de la crédibilité par des résultats tangibles rapides ........................................ 120 6.3.2. Calendrier de mise en œuvre des projets phares ............................................................................ 120

6.3. Risques liés à la mise en œuvre du PSE............................................................................ 121 ANNEXES ........................................................................................................................... 123 Annexe I : Impacts attendus des projets phares .......................................................................... 123 Annexe II : Mesures réalisées sur la période récente................................................................... 130 Annexe III : Mesures à mettre en œuvre à court terme ............................................................... 131 Annexe IV : Dix-sept mesures clefs critiques pour le succes des projets phares ............................ 132 Annexe V : Croissance économique et Déficit public dans le scénario tendanciel et dans le PSE ... 133 Annexe VI : Indicateurs de suivi-évaluation du PSE 2014-2018 .................................................... 134 Annexe VII : Projets phares ........................................................................................................ 137

iii

Liste des tableaux

Tableau 1 : Emplois dans le secteur informel selon le sexe .......................................................................................... 8 Tableau 2: Indicateurs de pauvreté au Sénégal, 2001-2011 ......................................................................................... 8 Tableau 3 : Nombre d’unités par secteur, 2010.......................................................................................................... 36 Tableau 4 : Indicateurs d’activité dans le secteur informel, 2010 .............................................................................. 37 Tableau 5 : Structure des transferts reçus selon motif économique .......................................................................... 42 Tableau 6 : Chiffres clés du secteur de la micro finance, 2008-2012.......................................................................... 43 Tableau 7 : Les indicateurs économiques de pays émergents .................................................................................... 50 Tableau 8 : Les indicateurs sociaux de pays émergents.............................................................................................. 51 Tableau 9 : Le Sénégal d’ici 10 ans .............................................................................................................................. 52 Tableau 10 : Cibles sociales, 2015-2018...................................................................................................................... 52 Tableau 11 : Dynamiques sectorielles au sein de la sous-région ............................................................................... 54 Tableau 12 : Principales mesures d’amélioration des affaires requises pour la réalisation des projets phares......... 99 Tableau 13 : Image du Sénégal dans 10 ans ............................................................................................................. 103 Tableau 14: Niveaux de priorité des actions ............................................................................................................. 105 Tableau 15: Critères de pondération des nouveaux projets ..................................................................................... 106 Tableau 16: Critères de pondération des PPP........................................................................................................... 107 Tableau 17: Relation entre le cadrage macroéconomique et le PAP de la stratégie ................................................ 108 Tableau 18: Répartition du financement du PAP par axe ......................................................................................... 111 Tableau 19 : Répartition par secteur du financement du PAP .................................................................................. 112 Tableau 20 : Scénario Stratégie d’émergence, 2014-2018 ....................................................................................... 115 Tableau 21 : Évolution des agrégats macroéconomiques entre 2014 et 2018 ......................................................... 116

Liste des graphiques

Graphique 1 : Schéma de transition démographique ................................................................................................... 4 Graphique 2: Pyramide des âges de la population sénégalaise (2013)......................................................................... 5 Graphique 3 : Taux de pauvreté par région en 2011 .................................................................................................. 10 Graphique 4 : Portrait de la formation professionnelle .............................................................................................. 12 Graphique 5 : Portrait de l’enseignement supérieur .................................................................................................. 13 Graphique 6 : Evolution de l’espérance de vie ........................................................................................................... 16 Graphique 7 : Accès des populations aux services sociaux de base ........................................................................... 20 Graphique 8 : Phases de la croissance économique au Sénégal, 1960-2011.............................................................. 23 Graphique 9 : Investissement et croissance économique au Sénégal, dans l’UEMOA et la CEDEAO, 2004-2018...... 25 Graphique 10 : Valeur ajoutée par secteur économique, 2000-2013 (en milliards de FCFA courants)...................... 26 Graphique 11 : Coût et qualité comparés de l’électricité ........................................................................................... 32 Graphique 12a : Évolution en % du PIB du solde budgétaire global .......................................................................... 38 Graphique 12b : Évolution de la pression fiscale (recettes fiscales /PIB) ................................................................... 38 Graphique 13 : Endettement du Sénégal, 2000-2012................................................................................................. 39 Graphique 14a : Solde commercial et solde compte courant (% PIB) ........................................................................ 40 Graphique 14b : Evolution des transferts reçus des migrants (en milliards de FCFA) ................................................ 40 Graphique 15 : Evolution de la balance courante, 200-2011...................................................................................... 41 Graphique 16 : Financement du secteur privé............................................................................................................ 42 Graphique 17 : Classements environnement des affaires et compétitivité................................................................ 45 Graphique 18 : Stabilité dans la sous-région ouest-africaine ..................................................................................... 47 Graphique 19 : Articulation du PSE ............................................................................................................................. 49 Graphique 20 : Méthodologie d’ensemble du diagnostic ........................................................................................... 53 Graphique 21 : Opportunités de coopération régionale............................................................................................. 55 Graphique 22 : Implantation des projets sur l’étendue du territoire ......................................................................... 58 Graphique 23 : Structure du Plan Sénégal Emergent.................................................................................................. 62 Graphique 24 : Portefeuille de 27 projets phares ....................................................................................................... 65 Graphique 25 : Hub régional de services .................................................................................................................... 74 Graphique 26 : Principes de la gouvernance dans le PSE ........................................................................................... 91 Graphique 27 : Structure du mix de production en 2017 (capacités installées) ......................................................... 93

Liste des encadrés

Encadré 1 : Mesure et indicateurs de pauvreté ............................................................................................................ 9 Encadré 2 : Focus sur les OMD .................................................................................................................................... 17

iv

Liste des abréviations, acronymes et sigles

AFD: Agence française de développement
AGOA: African Growth and Opportunity Act
ANSD: Agence nationale de la Statistique et de la Démographie
AIBD: Aéroport international Blaise Diagne
APPI: Accords de Promotion et de Protection des Investissements
ANDI: Accords de non double imposition
BCEAO: Banque centrale des États de l’Afrique de l’ouest
BHS: Banque de l’Habitat du Sénégal
BNDE: Banque nationale de Développement économique
CDC: Caisse des Dépôts et Consignations
CEDEAO: Communauté économique des États de l’Afrique de l’ouest
CENTIF: Cellule nationale de Traitement de l’Information financière
CESE: Conseil économique, social et environnemental
CMU: Couverture Maladie universelle
CNAES: Concertation nationale sur l’Avenir de l’Enseignement supérieur
COS: Comité d’Orientation stratégique
COP: Comité de Pilotage
CRES : Consortium pour la Recherche économique et sociale
DAC: Domaines agricoles communautaires
DIPE: Développement intégré de la Petite Enfance
DPEE: Direction de la Prévision et des Études économiques
DRS/SFD: Direction de la Réglementation et de la Supervision des Systèmes financiers décentralisés DSRP: Document de Stratégie de Réduction de la Pauvreté
EDS: Enquête démographique et de Santé
EDS-MICS: Enquête démographique et de Santé à indicateurs multiples
EMSILD: Étude monographique sur les Services immobiliers du Logement à Dakar
ENF: Éducation non formelle
ENSIS: Enquête nationale sur le Secteur de l’informel au Sénégal
EPT: Éducation pour tous
ESPS: Enquête de Suivi de la Pauvreté au Sénégal
FCFA: Franc de la Communauté francophone d’Afrique
FMI : Fonds monétaire international
FONGIP: Fonds national de Garantie et d’Investissements prioritaires
FONSIS: Fonds souverain des Investissements stratégiques
HDS: Hydrodesulfurization
HIMO: Haute Intensité de Main-d'œuvre
IADM: Initiative d’Allègement de la Dette multilatérale
IDE: Investissement direct étranger
IFI: Investissement à fort impact
IHME: Institute for Health Metrics and Evaluation
IGE: Inspection générale d’État
IRM: Imagerie à Résonance magnétique
IPM: Instituts de Prévoyance Maladie
IPPTE: Initiative en faveur des Pays pauvres très endettés
INPS: Initiative nationale de Protection sociale
ISEP: Instituts supérieurs d’Enseignement professionnel
ISPE: Instrument de Soutien à la Politique économique
ITIE: Initiative pour la Transparence dans les Industries extractives

v

LA: Ligne d’action
LIB: Low Income Banking
NASAN: Nouvelle Alliance pour la Sécurité alimentaire et la Nutrition
OCDE: Organisation de Coopération et de Développement économiques
OFNAC: Office national anti corruption
OHADA: Organisation pour l'Harmonisation en Afrique du Droit des Affaires
OMD: Objectifs du Millénaire pour le Développement
OMS: Organisation mondiale de la Santé
OMVG: Organisation pour la mise en valeur du fleuve Gambie
OMVS: Organisation pour la mise en valeur du fleuve Sénégal
PAP: Plan d’Actions prioritaires
PAQUET: Programme d'Amélioration de la Qualité, de l'Équité et de la Transparence PAPNBG: Programme d'Appui au Programme national de Bonne Gouvernance
PDESER: Plan de Développement de l’Enseignement supérieur et de la Recherche
PDU: Plans directeurs d’Urbanisme
PEPAM: Programme Eau Potable et Assainissement du Millénaire
PME/PMI: Petites et moyennes Entreprises/Petites et moyennes Industries
PME/TPE: Petites et moyennes Entreprise/Très petites Entreprises
PNDS: Plan national de Développement sanitaire
PNIA: Programme national d'Investissement agricole
POS: Plan d’occupation des sols
PPP: Partenariat public privé
PRAESC: Programme de Relance des Activités économiques en Casamance
PREAC: Programme de Réformes de l’Environnement des Affaires et de la Compétitivité PRECABG: Projet de Renforcement des Capacités de Bonne Gouvernance
PSE: Plan Sénégal Emergent
PTIP: Programme triennal d’Investissements publics
PTF: Partenaires techniques et financiers
RCCM: Registre du commerce et du crédit mobilier
SAR: Société africaine de Raffinage
SCA: Stratégie de Croissance accélérée
SFD: Systèmes financiers décentralisés
SDAU: Schémas directeurs d’Aménagement urbain
SENELEC: Société nationale d’Électricité
SICAP: Société immobilière du Cap-Vert
SIGI: Indice des institutions sociales et du genre
SN HLM: Société nationale des Habitations à Loyers modérés
SNPS: Stratégie nationale de Protection sociale
SPS: Socle de Protection sociale
SRAT: Schémas régionaux d’aménagement du territoire
SYSCOA: Système Comptable Ouest Africain
TBS: Taux brut de Scolarisation
TIC: Technologies de l’Information et de la Communication
UPI: Unité de Production informelle
UCAD: Université Cheikh Anta Diop
UEMOA: Union économique et monétaire ouest africaine
VIH/SIDA: Virus de l’Immunodéficience humaine/Syndrome d’Immunodéficience acquise WAPP: West African Power Pool

vi

Résumé

1. Depuis plus de cinq décennies, le Sénégal a connu des taux de croissance économique proches du croît démographique. Ces contreperformances n’ont pas permis une réduction durable de la pauvreté. Dans l’ensemble, la baisse de l’incidence de la pauvreté s’est avérée particulièrement faible en milieu rural. Cette situation contraste avec les objectifs affichés dans les documents de politique économique et sociale jusqu’ici adoptés.

2. Seule la décennie 1995-2005 a permis de maintenir l’économie sénégalaise sur une bonne trajectoire de croissance qui a valorisé le revenu par tête. Depuis 2006, le sentier de croissance s’est infléchi avec l’essoufflement des moteurs traditionnels (BTP, télécommunications, services financiers), le faible dynamisme du secteur privé, la forte progression des dépenses publiques et la persistance du déficit du compte courant de la balance des paiements (7,9% du PIB).

3. Avec près de 14 millions d’habitants en 2014, le Sénégal connaît encore une forte dynamique de croissance démographique (2,7%) même s’il a entamé sa transition démographique. La population à dominante jeune est confrontée aux possibilités limitées d’accès aux services sociaux de base et d’insertion dans le marché du travail. La question de l’emploi demeure actuellement la première priorité des ménages et des politiques publiques.

4. La perspective d’atteindre les Objectifs du Millénaire pour le Développement (OMD) à l’horizon 2015 s’éloigne de plus en plus, notamment en matière de réduction de la pauvreté, de baisse de la mortalité maternelle et infantile, d‘amélioration du taux d’achèvement du cycle élémentaire et d’accès à l’assainissement.

5. De même, la politique d'aménagement du territoire appliquée jusque-là s’est avérée inappropriée au regard de l’inégale répartition spatio-temporelle des populations, des activités économiques, des infrastructures et des équipements, entraînant ainsi une macrocéphalie de la région de Dakar et une concentration de l’essentiel des activités sur la frange ouest et le centre du pays.

6. La faiblesse de la croissance du PIB est expliquée en partie par les niveaux insuffisants de productivité, ceux des infrastructures de soutien à la production, les difficultés d’accès aux facteurs de production (eau, intrants de qualité), la vulnérabilité de l’agriculture face aux aléas climatiques, la faible structuration des chaînes de valeur agro-pastorales, les problèmes d’accès au foncier et à des financements adaptés, et des problèmes de gouvernance.

7. La morosité de l’économie est également imputable aux retards dans la mise en œuvre des réformes dans les secteurs de l’énergie et de l’environnement des affaires,

vii

l’insuffisante capacité d’impulsion de l’État et des problèmes d’efficacité de la dépense publique ainsi que la résistance de certains acteurs au changement.

8. Le Sénégal a décidé d’adopter un nouveau modèle de développement pour accélérer sa marche vers l’émergence. Cette stratégie, dénommée Plan Sénégal Émergent (PSE), constitue le référentiel de la politique économique et sociale sur le moyen et le long termes.

9. Le Gouvernement engagera, à cet effet, les ruptures qui permettront d’inscrire le Sénégal sur une nouvelle trajectoire de développement. Ces ruptures se traduiront par des actions hardies pour relever durablement le potentiel de croissance, stimuler la créativité et l’initiative privée afin de satisfaire la forte aspiration des populations à un mieux-être.

10. Cette aspiration à un mieux-être se décline en une vision qui est celle d’«Un Sénégal émergent en 2035 avec une société solidaire dans un État de droit». Les orientations stratégiques qui guideront les initiatives à prendre pour traduire cette vision en actions et résultats tangibles pour le bénéfice des populations, s’appuient sur trois axes visant :

  •   une transformation structurelle de l’économie à travers la consolidation des moteurs actuels de la croissance et le développement de nouveaux secteurs créateurs de richesses, d’emplois, d’inclusion sociale et à forte capacité d’exportation et d’attraction d’investissements. Cet axe s’inscrit dans une option de développement plus équilibré, de promotion de terroirs et des pôles économiques viables afin de stimuler le potentiel de développement sur l’ensemble du territoire ;

  •   une amélioration significative des conditions de vie des populations, une lutte plus soutenue contre les inégalités sociales tout en préservant la base de ressources et en favorisant l’émergence de territoires viables ; et

  •   le renforcement de la sécurité, de la stabilité et de la gouvernance, de la protection des droits et libertés et de la consolidation de l’État de droit afin de créer les meilleures conditions d’une paix sociale et de favoriser le plein épanouissement des potentialités.

11. Les trois axes de la Stratégie permettront, par leurs synergies et leurs effets convergents et cumulatifs, de créer les conditions de l’émergence.

12. Pour atteindre les objectifs du PSE, il est impératif de réunir les conditions préalables ou les fondements de l’émergence, liées au règlement de la question vitale de l’énergie, à la mise en place d’infrastructures de dernière génération pour le soutien à la production, à l’amélioration de l’environnement des affaires, au renforcement du capital humain ainsi qu’à la satisfaction des besoins de financement de l’économie. La

viii

réussite du PSE exige de fortes capacités d’impulsion de l’État et un leadership affirmé. Le Gouvernement engagera, à cet effet, un programme accéléré de réformes pour la modernisation de l’Administration publique pour l’adapter aux exigences de performance induites par la Stratégie.

13. De manière urgente, des réformes clés seront menées d’ici 2016 pour améliorer substantiellement l’environnement des affaires. Elles porteront, en particulier, sur l’automatisation des procédures administratives, la mise en place d’un dispositif fiscal et juridique incitatif et simplifié, l’amélioration de la compétitivité des facteurs de production et la promotion de l’investissement à fort impact. Ces réformes devront également être accompagnées par une diplomatie économique proactive, un approfondissement de l’intégration pour renforcer la stabilité régionale et saisir les opportunités offertes par les marchés extérieurs. Le Gouvernement favorisera une plus forte implication des sénégalais de la diaspora dans les efforts de développement national.

14. L’Administration publique internalisera à tous les niveaux la culture de la transparence et l’obligation de rendre compte, de la gestion axée sur les résultats, à travers la mise en place de structures de planification et de suivi-évaluation dédiées, le renforcement des capacités des personnels, l’appropriation des politiques par toutes les couches de la société et l’exercice d’un contrôle citoyen.

15. Le PSE est réalisé à travers un Plan d’Actions prioritaires (PAP) quinquennal adossé aux axes stratégiques, aux objectifs sectoriels et aux lignes d’actions de la Stratégie. Le PAP se décline à travers des projets et programmes de développement inscrits dans un cadre budgétaire sur la période 2014-2018.

16. Le PAP est construit sur la base du scénario optimiste du PSE qui est évalué à 9685,7 milliards de FCFA. Son financement est acquis pour 5737,6 milliards de FCFA, soit 59,2% tandis que le gap de financement à rechercher est de 2964 milliards de FCFA, soit 30,6% et celui à couvrir par des recettes additionnelles et des économies sur les dépenses est de 984 milliards de FCFA, correspondant à 10,2%.

17. La mise en œuvre diligente des réformes clés et des projets du PAP permettra d’atteindre un taux de croissance annuel moyen de 7,1% sur la période 2014-2018, de réduire le déficit budgétaire de 5,4% en 2013 à 3,9% en 2018. Le déficit du compte courant serait ramené sous la barre des 6% en 2018 et le taux de l’inflation, mesuré par le déflateur du PIB resterait en dessous du seuil communautaire fixé à 3%.

18. Le cadre institutionnel permettant la mise en œuvre du PSE comprend : un Comité d’Orientation stratégique (COS), placé sous l’autorité du Président de la République, un Comité de Pilotage (COP) présidé par le Premier Ministre, un Bureau

ix

opérationnel de suivi du Plan Sénégal émergent (BOSSE) ainsi que des structures d’exécution.

19. Les principaux facteurs de risques pour la réussite du PSE concernent l’instabilité institutionnelle, les résistances aux changements, la faible appropriation, la faible mobilisation des ressources budgétaires, l’absence des ressources humaines requises pour conduire les réformes et les projets, les retards dans la mise en œuvre des réformes sur l’environnement des affaires et la modernisation de l’Administration publique, les dépenses sociales imprévues, les aléas climatiques (inondations, sécheresse), la capacité d'absorption limitée des ressources ainsi qu’un suivi-évaluation insuffisant.

x

Executive Summary

20. For more than fifty years, Senegal has experienced rates of economic growth close to the rate of population growth. This poor performance has not permitted a sustainable reduction in poverty. Overall, the reduction in poverty incidence has been especially weak in rural areas. This situation stands in contrast with the stated objectives of the economic and social policy papers so far adopted.

21. Only the ten-year period 1995-2005 allowed the Senegalese economy to sustain a strong growth trajectory which improved income per capita. Since 2006, the growth path weakened with the exhaustion of the traditional engines of growth (construction, telecommunications, financial services), the lack of dynamism in the private sector, the rapid rise in public expenditures, and the persistence of a current account deficit in the balance of payments (7.9% of GDP).

22. With almost 13 million inhabitants in 2014, Senegal continues to experience strong population growth (2.5%) even if it has begun the demographic transition. The predominantly young population is confronted with limited access to basic social services or jobs. The question of employment remains the top priority for households and public policy.

23. The likelihood of achieving the Millennium Development Objectives (MDGs) by 2015 is diminishing, notably concerning poverty reduction, reduced maternal and infant mortality, improving primary school completion, and access to sanitation.

24. Similarly, the regional development policy pursued to date has proven inappropriate given the unequal geographic distribution of the population, economic activity, and infrastructure, which has resulted in an excessive weight in the region of Dakar and a concentration of most activity in the west and center of the country.

25. The weakness of GDP growth is explained in part by the insufficient level of productivity, economic infrastructure, difficult access to factors of production (water, quality inputs), the vulnerability of agriculture to climatic shocks, the weak structure of agro-pastoral value chains, problems with access to land and appropriate finance, and governance issues.

26. The sluggishness of the economy is also due to delays in the implementation of reforms in the energy sector and the investment climate, the inadequate capacity of the state, and problems with the efficiency of public spending, as well as the resistance to change by certain actors.

27. Senegal has decided to adopt a new development model to accelerate its progress toward emerging market status. This strategy, entitled the Emerging Senegal Plan

xi

(ESP), now constitutes the reference for economic and social policy in the medium and long term.

28. To this end, the Government commits to a break with the past which will enable Senegal to embark on a new development trajectory. This break will result in bold actions to raise sustainably the growth potential, stimulate the creativity and initiative of the private sector in order to satisfy the high aspirations of the population for a better life.

29. This ambition is summarized in a vision which is « An emerging Senegal in 2035 with social solidarity and the rule of law”. The strategic orientations, which will guide the initiatives needed to translate this vision into actions and tangible results for the benefit of the population, are based on three pillars :

  •   a structural transformation of the economy through the consolidation of current engines of growth and the development of new sectors to create wealth, jobs, and social inclusion, with a strong capacity to export and attract investment. This pillar is based on a more balanced approach to development, with the promotion of regions and economic poles in order to stimulate the potential for development across the entire territory ;

  •   a significant improvement in the well-being of the population, a more sustained struggle against social inequality, while preserving the resource base and supporting the emergence of viable regions ; and

  •   the reinforcement of security, stability, governance, the protection of rights and liberties, and the consolidation of the rule of law in order to create better conditions for social peace and the fulfilment of potential.

30. The three pillars of the strategy will enable, through their synergies and cumulative effects, the creation of the conditions for emergence.

31. To achieve the objectives of the ESP, it is essential to combine the prior conditions or foundations for emergence, tied to the core issue of energy, the establishment of the most modern infrastructure to support production, improvements in the investment climate, a reinforcement of human capital, and the satisfaction of financing needs. The success of the ESP requires strong promotional capacity from the State and clear leadership. To this end, the Government is committed to an accelerated program of reforms to modernize the public administration to adapt it to the performance requirements of the strategy.

32. As a matter of urgency, the key reforms will be undertaken by 2016 to improve substantially the business environment. They will focus, in particular, on computerization of administrative procedures, establishment of a fiscal and legal framework which is simple and motivating, improvement in the competitiveness of

xii

factors of production, and the promotion of high-impact investment. These reforms should also be accompanied by a proactive economic diplomacy, and deeper regional integration, to strengthen regional stability and take advantage of the opportunities offered by external markets. The Government will support a greater involvement by the Senegalese diaspora in national development.

33. The public administration will internalize at all levels the culture of transparency and accountability, and results-based management, through the creation of mechanisms for planning and dedicated monitoring and evaluation, the reinforcement of the capacity of human resources, the ownership of policies by all levels of society, and the exercise of control by the citizenry.

34. The ESP will be achieved through a five-year Priority Action Plan (PAP) built on the strategic pillars, sector objectives, and main directions of the strategy. The PAP is elaborated through development projects and programs incorporated in the 2014-2018 budget framework.

35. The PAP is built on the basis of an optimistic scenario evaluated at CFAF 9685.7 billion. Financing is in place for CFAF 5737.6 billion, or 59.2%, while the financing gap is CFAF 2964 billion, or 30.6%, and that to be covered by additional revenues and savings on spending is CFAF984 billion, corresponding to 10.2%.

36. The diligent implementation of key reforms and the PAP projects will permit the achievement of annual growth rates averaging 7.1% during the period 2014-2018, and the reduction of the fiscal deficit from 5.4% in 2013 to 3.9% in 2018. The current account deficit will be brought below 6% in 2018 and the rate of inflation, measured by the GDP deflator, will remain below the WAEMU threshold of 3%.

37. The institutional framework for the implementation of the ESP will consist of : a Strategic Orientation Committee, under the authority of the President of the Republic, a Steering Committee chaired by the Prime Minister, an operational Bureau for the monitoring of the ESP (BOSSE), and executing structures.

38. The principal risk factors for the success of the ESP are institutional instability, resistance to change, weak ownership, inadequate resource mobilization, lack of the necessary human resources to conduct the reforms and projects, delays in the investment climate reforms and the modernization of public administration, unexpected social spending, climatic shocks (flooding, drought), limited absorptive capacity, and insufficient monitoring and evaluation.

xiii

Introduction générale

39. Depuis l’indépendance, en 1960, le Sénégal a connu, en moyenne, des taux de croissance voisins du croît démographique. Ces contreperformances n’ont pas permis une réduction significative de la pauvreté qui a atteint 67,9% de la population1 au lendemain de la dévaluation du franc CFA de 1994. C’est seulement durant la période 1995-2005 que l’économie sénégalaise s’est inscrite sur une bonne trajectoire de croissance qui a permis une valorisation du revenu par tête.

40. Dans l’ensemble, la baisse de l’incidence de la pauvreté s’est avérée particulièrement faible en milieu rural. Cette situation a eu pour effet d’entretenir, voire d’accentuer l’exode rural. C’est dans ce contexte que le Sénégal a mis en œuvre la stratégie de réduction de la pauvreté qui a fait l’objet d’un document intérimaire en 2000-2002 et de trois générations de Document de Stratégie de Réduction de la Pauvreté (DSRP) sur la période 2005-2012. Toutefois, la croissance est restée faible (1,7% en 2011) et la tendance à la reprise affichée en 2012 a été très limitée (3,6%). L’ambition déclarée dans les DSRP et reprise dans la Stratégie de Croissance accélérée (SCA), de doubler le PIB en dix (10) ans et le PIB par tête en quinze (15) ans, était difficilement réalisable sans une restructuration de l’appareil de production.

41. L’agenda économique international post crise préfigure une recomposition des rapports économiques avec l’apparition de nouveaux pôles de croissance dans les pays du Sud et la constitution de grands ensembles.

42. Le maintien sur plusieurs années des performances économiques, les progrès en matière de gouvernance politique et l’émergence d’une classe moyenne renforcent l’attractivité du continent africain.

43. En Afrique de l’Ouest, une bonne dynamique de croissance est engagée depuis une décennie. Au sein de la Communauté économique des États de l’Afrique de l’Ouest (CEDEAO), le taux de croissance en moyenne annuelle s’est établi à 6,4% sur la période 2008-2012. Dans l’Union économique et monétaire ouest africaine (UEMOA), une croissance moyenne de 3,8% a été enregistrée sur les cinq dernières années. Les perspectives annoncent une croissance de l’ordre de 6,4% dans l’UEMOA et de 7,4% au niveau de la CEDEAO pour les cinq prochaines années.

44. Le Sénégal, avec une croissance moyenne de 3,1% entre 2008 et 2012, reste encore en retrait par rapport à cette tendance, avec un secteur privé relativement modeste. La bonne trajectoire de croissance post dévaluation s’est infléchie depuis 2006 avec l’essoufflement des moteurs traditionnels. En dépit de ses potentialités naturelles, l’économie a également souffert de l’absence de nouveaux leviers de croissance. Le

1 La part des ménages pauvres est de 61,4% en 1994-1995.

1

poids du secteur informel, qui représente plus de la moitié du PIB, constitue une contrainte à la transformation structurelle de l’économie.

45. Le pays connaît une dynamique de croissance démographique soutenue, avec une importante population jeune confrontée aux possibilités limitées d’insertion dans le marché du travail. De même, le Sénégal fait face à une forte demande en services sociaux de base.

46. La pauvreté, les inégalités sociales et les disparités territoriales restent préoccupantes, mettant en évidence l’urgence d’améliorer de manière durable les conditions de vie des populations. Ainsi, la perspective d’atteindre les Objectifs du Millénaire pour le Développement (OMD) à l’horizon 2015 s’éloigne de plus en plus, notamment en matière de réduction de la pauvreté, de baisse de la mortalité maternelle et infantile, d‘amélioration du taux d’achèvement du cycle élémentaire et d’accès à l’assainissement.

47. C’est donc à travers un changement de cap que l’économie sénégalaise, qui dispose d’un cadre macroéconomique stable et d’énormes potentialités, pourrait s’inscrire dans une nouvelle dynamique de croissance forte, durable et inclusive, de plus de 7% l’an.

48. Le Sénégal a par conséquent décidé d’adopter un nouveau modèle de développement, à travers une stratégie qui vise l’émergence dans la solidarité à l’horizon 2035. Cette stratégie constitue le référentiel de la politique économique et sociale sur les moyen et long termes. Elle met l’accent sur une plus forte impulsion dans la création de richesse et d’emplois, le renforcement de la gouvernance, le développement des secteurs stratégiques ayant des impacts significatifs sur l’amélioration du bien-être des populations, la protection des groupes vulnérables et la garantie de l’accès aux services sociaux de base.

49. La Vision Sénégal 2035 va au-delà de l’atteinte des OMD et cible une insertion réussie dans les chaînes de valeur mondiales.

50. La nouvelle dynamique de croissance doit s’appuyer sur l’amélioration de la gouvernance dans tous les domaines de la vie économique et sociale, avec notamment le renforcement de la transparence et du principe de reddition des comptes. La forte croissance sera également soutenue par les fondements de l’émergence que sont les réformes de l’environnement des affaires et la modernisation de l’Administration publique, la disponibilité de l’énergie à un coût compétitif, la diffusion du numérique et la qualité des infrastructures de soutien à la production et du capital humain ainsi qu’un financement approprié de l’économie.

51. Le premier chapitre du présent document dresse le diagnostic économique et social. La vision, les atouts et opportunités, ainsi que les orientations stratégiques

2

sectorielles sont ensuite déclinés au deuxième chapitre. Le Plan Sénégal Émergent (PSE) est présenté au troisième chapitre à travers ses trois axes stratégiques. Le quatrième chapitre traite des fondements de l’émergence. Le plan d’actions prioritaires et le cadrage macroéconomique sont exposés dans le cinquième chapitre. Enfin, le dispositif de mise en œuvre et de suivi-évaluation est développé au dernier chapitre.

3

Chapitre I : Diagnostic économique et social

1.1. Situation sociale

1.1.1. Tendances démographiques

52. La population du Sénégal est estimée à 12,874 millions d’habitants2 et elle connaît un taux de croissance annuel de 2,5%. La population totale serait de 15,7 millions en 2020 et 18,9 millions en 2030, selon les Nations unies. Les moins de 15 ans représentent 42,6% alors que les personnes âgées de 60 ans et plus comptent pour 5,2% de la population totale, ce qui implique un rapport de dépendance de l’ordre de 86%. Par ailleurs, les moins de 25 ans représentent 62% de la population totale.

53. La structure par âge présente les caractéristiques d’une population très jeune, à l’instar des pays traversant la première phase de la transition démographique. La jeunesse de la population pose avec acuité le problème de la formation et de l’emploi. La structure par âge ouvre également une fenêtre d’opportunité en termes de bonus démographique à utiliser au mieux dans la recherche du développement.

Graphique 1 : Schéma de transition démographique

54. Le Sénégal a entamé sa transition démographique. Du fait de la baisse constatée de la fécondité (6,4 en 1986 contre 5,0 enfants par femme en 2011) et de l’importance de la population en âge de travailler, le pays dispose d’une réelle opportunité à travers le dividende démographique, pour accélérer sa croissance économique.

2 L’ANSD a réalisé, en fin 2013, un recensement général de la population et de l'habitat, de l'agriculture et de l'élevage ; les premiers résultats ont été publiés en mars 2014.

4

55. En vue de réaliser ce dividende, plusieurs mesures seront nécessaires pour accompagner et soutenir les changements démographiques (baisse de la mortalité et de la fécondité), améliorer les conditions sanitaires des populations et relever le niveau d’éducation et de formation afin de disposer des ressources humaines de qualité, capables de stimuler la productivité et la croissance de l’économie, à travers les secteurs à forte intensité de main-d’œuvre.

56. Plus de la moitié de la population sénégalaise réside en milieu rural (56%) et plus de la moitié des citadins (53,7%) vit dans l’agglomération urbaine de Dakar.

Graphique 2: Pyramide des âges de la population sénégalaise (2013)

Source : ANSD

57. Avec le processus d’urbanisation, l’accroissement de la population non agricole se poursuivra à l’avenir.

58. La croissance des villes est un puissant moteur du progrès agricole ; elle offre aux agriculteurs un débouché à leur production. La promotion de systèmes alimentaires résilients passe par une gestion des villes efficace et respectueuse des activités qui s’y développent, notamment l’agriculture urbaine et périurbaine. Celle-ci peut assurer aux familles une source de revenu supplémentaire ainsi qu’une meilleure sécurité alimentaire, tout en permettant de raccourcir la chaine alimentaire en direction du consommateur.

59. Une urbanisation non maitrisée peut, toutefois, se traduire par un transfert de pauvreté des campagnes vers les villes. Dans leur majorité, les néo-urbains, confrontés aux nouveaux besoins de dépenses induits par la vie en milieu urbain, sont exposés à la pauvreté. Cependant, une majorité d’entre eux voit ses conditions de vie progressivement s’améliorer au fil des années pendant que d’autres nouveaux venus les remplacent dans la sphère la plus défavorisée de l’économie populaire.

5

1.1.2. Emploi

60. L’emploi demeure la première préoccupation des ménages (26,8%) devant l’approvisionnement en eau potable (18,7%) et la promotion des activités productivités (12,6%) ; il est au centre des priorités de la politique de l’État. L’emploi des jeunes est considéré comme la principale priorité de la communauté à Dakar (41,9%) et dans les autres villes (36,1%)3.

61. L’évaluation des élasticités emploi-production laisse apparaitre un niveau modeste de la création d’emplois à la suite d’une évolution favorable de l’activité économique. Les activités du tertiaire (commerce, services) demeurent les plus pourvoyeuses d’emplois ainsi que les industries manufacturières et extractives.

62. Le taux de chômage est de 10,2% sur le plan national4. Ce taux est de 7,7% chez les hommes et de 13,3% chez les femmes, 12,2% pour les jeunes actifs de 15 à 35 ans, contre 7,8% pour la tranche 35-65 ans. En considérant la tranche de la population instruite, le chômage est plus fréquent chez les personnes du niveau d’études secondaires.

63. Le taux de chômage des diplômés de l’enseignement supérieur est particulièrement élevé, et se situe à 31% en 2011 contre 16% en 2005. Le pourcentage des jeunes en situation de chômage de longue durée5 est de 74% pour les diplômés du supérieur, 52% chez les diplômés du secondaire, 62% pour ceux qui ont le niveau primaire et 41% pour ceux qui n’ont aucun niveau d’instruction.

64. Près de 46% des jeunes à la recherche de leur premier emploi n’ont reçu aucune instruction tandis que 24% de l’effectif des jeunes ont un niveau d’instruction qui ne dépasse guère le primaire.

65. D’une manière générale, une personne sur cinq travaille à plein temps au Sénégal. En plus du sous-emploi important relevé dans le secteur agricole, le secteur non agricole est également affecté par ce phénomène, mais à un degré moindre. En 2011, le taux de sous-emploi s’est établi à 32% pour l’ensemble de la population en activité, avec une légère disparité chez les femmes actives (37%). Le sous-emploi est plus faible pour les jeunes, de l’ordre de 28% contre 30% chez les adultes.

66. Cette situation laisse entrevoir un taux élevé de dépendance qui se traduit, entre autres, par une pression constante sur les individus qui travaillent et qui courent, ainsi, le risque de basculer dans la pauvreté monétaire. Elle constitue également une menace sérieuse pour l’équilibre social et peut

3 Enquête sur la perception de la pauvreté au Sénégal (ANSD, 2011).
4 Enquête de suivi de la pauvreté au Sénégal réalisée en 2011 (ESPS II). 5 Attente d’un emploi depuis plus d’un an.

6

hypothéquer la réalisation du dividende démographique.

67. En milieu rural, l’exode des jeunes et des femmes actives vers les villes est un signe manifeste du déficit d’emplois productifs. La population active, majoritairement agricole, souffre d’un taux élevé d’analphabétisme et de sous- emploi en plus de l’exposition de ses activités aux aléas climatiques.

68. En milieu urbain, l’offre de formation n’est pas en adéquation avec les besoins du marché du travail. Globalement, les niveaux de formation professionnelle sont faibles et limités.

69. La faible articulation entre le marché du travail, la formation professionnelle et la politique d’accompagnement pour l’emploi, ainsi que le manque de transparence du marché, constituent des facteurs peu favorables à la baisse du chômage et du sous-emploi. Le système d’information sur l’emploi reste également très peu performant.

70. La problématique de l’emploi se présente également sous l’angle des disparités géographiques et de genre. Les femmes représentent plus de la moitié de la population totale et 65% de la population active. Elles constituent un segment déterminant dans la dynamisation de l’économie. Dans les zones rurales, elles sont principalement engagées dans l'agriculture et l'élevage. En milieu urbain, le secteur informel constitue souvent la seule opportunité pour l’insertion économique.

71. Le secteur informel permet de capter la plupart des initiatives de création d’emplois. L’emploi informel qui représente plus de 60% des emplois non agricoles, s’accentue avec l’urbanisation.

72. Le secteur informel6 non agricole emploie en 2010 un effectif de 2 216 717 personnes, soit 48,8% de la population active occupée.

73. La majorité des employés du secteur informel est formée par un patron (57,5%), tandis que seuls 4,2% ont suivi une formation technique. Près de deux tiers (64,1%) des travailleurs ont au plus le niveau primaire et 26% parmi eux ne disposent d’aucun niveau d’instruction.

74. Les employés du secteur informel ont en moyenne 35 ans (34 ans pour les hommes et 36 ans pour les femmes) ; deux tiers des travailleurs sont âgés de 15 à 35 ans. Plus d’un travailleur sur deux (55,3%) est lié à son employeur par un contrat par entente directe. Les permanents font 88,2% des effectifs. En termes de statut au travail, 19,1% des travailleurs sont à leur propre compte, 33,3% sont des salariés, 37,2% des apprentis, 6,4% des aides familiaux et 4,2% des associés.

6 Enquête nationale sur le secteur de l’informel au Sénégal (ENSIS) réalisée en 2011 par l’ANSD.

7

Tableau 1 : Emplois dans le secteur informel selon le sexe

Secteur et branches d'activités

Hommes

Femmes

 
1 Comment   |   alhousseynou Ba and 18 others react this.
  • Ajdousa  Diatta
    Ajdousa Diatta   ·  January 13, 2017
    plan senegal emmerdant!

No Stickers to Show

X